Photo  : Créateur : Alain GUICHARD 

Droits d’auteur : @ 2012

 

Avant de lire les textes, écoutez le Podcast en regardant l’image…

Le souvenir le mythe et la gastronomie

 

 
 
 
 
 
Voir cette publication sur Instagram
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

Une publication partagée par Perigourmet (@perigourmet)

Le souvenir le mythe et la gastronomie

Tu étais grise et les temps étaient durs. Une autre petite a été choisie, car on manquait de tout et il fallait bien répartir pour repartir, malgré les injustices. En ces temps d’après-guerre dont on ne se souvient guère, les usines sont en partie détruites et les autorités accordent la distribution des matériaux pour reconstruire la France. Pourtant, il aurait suffi de deux chevaux pour, souple et tanguant, sur les chemins cabossés et les routes en reconstruction, vivre et avancer. Mais quatre chevaux semblaient plus populaires.

Je me souviens, bien plus tard. Tout mon corps glisse, vers le haut, le bas, et je scrute les bosses de la route pour préparer mon mouvement, j’accompagne le dos d’âne, je m’élève au-dessus de la route, au-dessus du paysage, et je retombe sur le siège accueillant en frôlant les pierres et le goudron, je suis en Kabylie et les petites routes côtières de Méditerranée accueillent ma joie d’être ici, ivre de vie, de chaleurs et senteurs de Mère Méditerranée, tous ses enveloppements et les émotions qu’elle sait susciter. Je ne fais plus qu’un avec ces sensations de tout le corps, érotiques, innocentes, il n’y a qu’avec elle que c’est possible. Ma deudeuche.

Bien longtemps après me voici en doulce Dordogne. Le plaisir est devenu un mythe, un mini-mythe, et la 2CV n’est plus avant-gardiste, elle est rétro, mode rétro et touristique. Ce sont des Anglais du Périgord qui ont eu l’idée de marier la deux patte et la gastronomie d’ici. Ah ! les petits circuits gourmands en deux patte ! Vous vous souvenez… Les Anglais.

Le Périgord Noir, ombre et lumière

Le Périgord Noir, ombre et lumière

Elle sort de la forêt d’ombre. Éblouie, elle ne sait plu si elle doit avancer. Elle imagine alors un procédé magique pour connaître la suite, en dehors du temps, sans avoir à continuer la randonnée. En posant son doigt sur un petit écran défilent les images de ce qu’elle va vivre… bien au-delà du rêve. Les bories de pierres sèches aux lauses couvertes de mousse. L’étang aux nénuphars, aux reflets lumineux. La silhouette de l’église derrière son mur ; toujours les lauses. Et de nouveau l’étang, et ses maisons toute simples qui appellent au repos et à la contemplation. Arrivera-t-elle à transformer ce rêve en Périgord réel ?

 

Lou Cocal

Une madeleine de Proust artisanale ?



 

 
 
 
 
 
Voir cette publication sur Instagram
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

Une publication partagée par Lou Cocal Biscuiterie (@lou_cocal_biscuiterie)